Politique​

Le paysage politique gabonais est marqué par la présence de femmes à certains postes clés (tels que la Présidence du Sénat ou la Primature et auparavant la Mairie de Libreville) mais ces dernières restent largement sous-représentées parmi les élus de la République au sein du gouvernement.

Témoignage

55 senat-ambiance-hemicycle © david ignaszewski

Le diagnostic

En effet, au niveau national, dans les deux chambres qui composent le parlement, moins de 20% des sièges d’élus sont occupés par des femmes et au niveau local, seulement 13% des mairies sont dirigées par des femmes maires. Si la législation actuelle prévoit des quotas pour les femmes en période d’élections et pour les plus hauts postes, ceux-ci ne sont pas respectés en raison de l’absence de décrets d’application.

Les femmes qui s’engagent en politique connaissent également des difficultés liées aux préjugés négatifs et aux campagnes de dénigrement qui se relaient sur les réseaux sociaux.

En amont de ces problématiques, il est à noter que l’engagement des femmes sur la scène politique demeure insuffisant avec souvent un sentiment d’illégitimité pour ce type de fonction. Face à ces constats, deux types d’initiatives inspirantes ont été identifiées.

En Suisse, des programmes de mentorat institutionnalisés ont permis de renforcer les vocations de celles qui envisageaient de s’engager dans la sphère publique au travers de la politique ou du milieu associatif.

De même, la formation des candidates telle qu’elle est réalisée en Tunisie depuis 2011 permet, aux femmes engagées en politique, de mieux se préparer aux défis des campagnes électorales et à la prise de fonction.

Les chiffres clés

0 %

MOINS DE 20% DES SIÈGES D’ÉLUS SONT OCCUPÉS PAR DES FEMMES​

0 %

AU NIVEAU LOCAL, SEULEMENT 13% DES MAIRIES SONT CONTRÔLÉES PAR DES FEMMES MAIRES​

Ce que dit la loi

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in.

Les recommandations majeures

– Lancer un programme de mentoring pour inciter les jeunes femmes gabonaises à s’engager en politique. 

– Mettre en place un Observatoire du droit des femmes au Gabon en charge du suivi des indicateurs sur les avancées en matière de droits des femmes.